Comment tenir ses bonnes résolutions en ce début d’année ?

Chaque année, c’est la même chose, n’est-ce pas ? Vous avez survécu au rituel des repas en famille pour la fin d’année. Verres d’alcool, foie gras et autres dindes se sont succédés à une vitesse folle. Et vous, voyant à quel point tout cela a eu raison de votre ligne, vous vous dites qu’il est temps de décider des bonnes résolutions à tenir. Mais surtout, vous vous promettez d’y arriver, cette fois.

Pourtant, rappelez-vous les années précédentes : vous vous êtes fait la même promesse. Tenir un régime, arrêter de fumer, boire moins, lire plus, toutes ces choses qui sont indéniablement bonnes pour vous. Février n’avait pas encore montré son premier jour que déjà tout était oublié. Pour être recommencé l’année suivante !

Je vous propose donc un plan, une méthode pour parvenir, cette année enfin, à tenir vos résolutions. Si vous parvenez à tenir chacun de ces points, je vous garantis que tenir vos bonnes résolutions sera un jeu d’enfant, avec un immense sentiment de satisfaction à la clef.

Pour tenir vos bonnes résolutions, commencez par bien les choisir.

C’est l’erreur fondamentale, celle que je rencontre presque tous les jours dans mon métier de coach de vie. Beaucoup de personnes ont une envie folle de bien faire, à tel point qu’ils mettent la barre très haut… beaucoup trop haut. Un objectif démesuré est un échec assuré.

Certes, il est mille et une choses que vous voulez faire. Commencez par la première, puisqu’à tout vouloir faire d’un coup, on ne fait rien du tout.

Je vous propose donc de vous fixer 3 résolutions maximum pour cette nouvelle année. Vous pouvez même n’en prendre qu’une ou deux, mais pas plus de trois, puisqu’en cas d’échec, l’effet domino risque de faire des dégâts : par exemple, vous êtes déçu de n’avoir pas arrêté de fumer, et pour vous consoler, vous foncez sur un cheesecake. Résultat des courses, votre régime aussi en prend un coup.

Par ailleurs, lorsque vous décidez de vos bonnes résolutions, faites-le en toute connaissance de cause, c’est-à-dire en mesurant bien la force de votre ennemi. Beaucoup d’entre elles vont générer de la frustration, ayez-en conscience. Bien entendu, il ne faut pas que cela vous décourage, et c’est pourquoi il faut absolument vous en tenir à un plan progressif.

Pour tenir vos résolutions, rien ne vaut la méthode par progression.

Monsieur Y a pris la résolution de se mettre au sport. Son objectif est, à la fin de l’année, de courir 20 kilomètres sans s’arrêter. Deux cas de figure s’offrent à lui :

Cas n°1 : Monsieur Y essaie, dès la première semaine de janvier, de courir les 20 kilomètres.

Cas n°2 : Monsieur Y progresse à son rythme, et commence en courant 1 kilomètre par semaine le premier mois, puis deux le deuxième mois, puis quatre, etc.

Selon vous, dans quel cas Monsieur Y a-t-il le plus de chances de réussites ? À l’évidence, il ne tiendra pas deux semaines dans le premier cas, tandis que dans le deuxième, il va se voir progresser doucement, son corps et son esprit sauront faire face à l’obstacle proposé.

Ainsi la bonne méthode pour tenir vos résolutions commence tout d’abord par les envisager de façon progressive.

La bonne résolution, c’est celle que vous avez choisie

Prenons l’exemple de quelqu’un qui a un problème d’alcool. Ce scénario a beau être fictif il est si courant !

Cette personne s’adonne pendant des années à son vice, et cela ne pose aucun problème. C’était un étudiant fêtard, ou un bon vivant dira-t-on. Jamais ne lui vient même l’idée de prendre la résolution d’arrêter. Seulement au bout de quelques années, cette personne n’aura plus besoin qu’il y ait du monde autour de lui. Seul chez lui, il continuera de boire.

Quelques années plus tard, son vice est devenu un compagnon quotidien. Pas au point de faire de sa vie un enfer, mais tout de même assez pour en ressentir chaque jour le besoin. Son entourage commence à lui faire comprendre qu’il serait bien d’arrêter.

Les années passent, et chaque 31 décembre, une idée surgit dans son esprit : « et si j’arrêtais ? ». Bien sûr, la personne ne tient jamais longtemps cette bonne résolution. En général, elle l’oublie dans la journée, d’autres fois elle tient une semaine. En tout cas, elle retombe chaque fois un peu plus dans l’alcool.

Les problèmes de santé apparaissent. Avec l’alcool, les absences au travail et les reproches de la famille deviennent courants. La personne entend bien ce qu’on lui dit, et prend sérieusement la résolution d’arrêter, mais n’y parvient pas malgré toute sa volonté. À chaque petit souci, un verre et une cigarette, et tout semble mieux aller. La culpabilité et le sentiment d’échec deviennent immenses.

Jusqu’au jour où la personne comprend que la ligne rouge est passée. Généralement cela prend 2 formes : le docteur lui a dit qu’il allait mourir s’il continuait, ou bien sa femme a quitté le foyer avec les enfants, et menace de ne plus revenir.

Ce jour-là, un déclic se passe : la personne prend la résolution d’arrêter, comprend l’enjeu, et applique une méthode ; Il suit une cure de désintoxication, jette toutes les bouteilles et évite les soirées quelque mois. Surtout, car cette personne écoute aussi les conseils de son psy ou de son coach, il n’oublie pas de croire en sa propre force.

Les débuts sont terriblement durs, mais au bout de quelques temps, tout va mieux. Des années plus tard, on l’entend dire « j’aurais dû prendre cette résolution longtemps avant ».

Que retenir de cette leçon ? Pourquoi cet homme qui avait tant de fois essayé d’arrêter n’y était pas parvenu, et pourquoi cette fois, oui ?

On pourrait dire que cet homme a été mis face à sa propre servitude, qu’il est enfin parvenu à prendre conscience de son ampleur. La peur de la mort et de la solitude lui ont fait prendre pour lui-même la résolution d’arrêter l’alcool. Au contraire, les années précédentes lorsqu’il essayait, ce n’était pas sa propre décision, mais une demande de son entourage.

Votre bonne résolution, vous devez la choisir vous-même, non pas parce que vos amis ou votre compagne vous le demandent. Vous devez être absolument certain de son intérêt, et ne jamais le perdre de vue.

Néanmoins, et ce sera là mon tout dernier conseil de coach pour vous aider à tenir vos bonnes résolutions, rien ne vous oblige à les garder pour vous. On garde souvent pour soi nos bonnes résolutions, en se disant qu’en cas d’échec, on aura moins honte. Mais que préférez-vous : vous prémunir de la honte, ou atteindre vos objectifs ?

Alors dernier conseil : partagez autour de vous vos résolutions, avec une ou deux personnes de confiance, qui pourront vous soutenir dans les moments difficiles. Ce peut être avec un ami, votre conjoint ou, bien entendu, votre coach de vie.

Bon courage. Souvenez-vous qu’avec la bonne méthode, rien n’est impossible.